Ecrivez nous un petit si vous voulez vous inscrire ...

Les sites de Bretagne sur www.parapente-bretagne.fr

Le site de parapente de l'école est le Ménez-Hom.

Les pentes de l'école de parapente sont principalement, au Ménez-Hom, exposées nord, nord ouest, ou ouest.

Nous y avons aussi une pente école en sud-est, et une prairie abritée et bien cachée permet par vent fort d'effectuer tôt le matin les premiers gonflages voire des décollages.

Les vols de durée se font le plus souvent en nord, en fin de journée dans la restit' ou le retour de nord, ou en matinée avec les premiers thermiques, mais aussi de Kervigen en sud, à Caméros dans la brise de mer et donc l'après midi, à Tréfuntec SW ou NW si le vent est fort. On va aussi voler au Belvédère de Rosnoën ou aux éoliennes.

Enfin, le gonflage dans le vent se fait tant sur le sommet du Ménez qu'à Caméros ou Kervigen.

Une balise MTO installée sur le sommet du Ménez-Hom permet(tait) de connaître les conditions de vols du moment. Note : au printemps 2008, une nouvelle balise www.balisemeteo.com.

Vous avez les infos au 02 98 81 57 30 et sur 143 987,5 MHz. 

La balise annonce du vent d'ouest l'après midi alors qu'il était nord faible ou sud-est le matin. C'est la brise de mer qui entre. Ca vole à Caméros et ça volera peut-être en nord en soirée au Ménez-Hom !

La balise annonce du vent de sud. Ca vole à Kervigen (ou Rosnoën).

La balise annonce du vent du sud-est. Nous sommes peut-être partis à Tuchen si nous ne sommes plus au Ménez-Hom.

Elle annonce nord-est, nous sommes peut-être au Rosalc'h.

 

 

W

 

NW

 

N-NW

 

N

 

NE

 

E

 

E-SE

 

SE

 

S-SE

 

S

 

S-SW

 

SW

Ménez-Hom

x

x

x

x

x

 
   
 

x

 
 

?

Rosnoën

   
 
 
 
 
 
 

?

x

x

x

?

Kervigen

 
 
 
 
 
 
 
 
 

x

  
 
- - - - - - - - - - - - ouest ou brise de mer - - - - - - - - - - - -

Lestrévet

x

x

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Tuchen Kador

?

 
 
 
 

x

x

?
 
 
 
 

La Montagne St Michel

 
 
 
 

x

 
 
 
 
 
 
 

Roch Trévézel

 
 

x

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rosalc'h

 
 
 
 

x

 
 
 
 
 
 
 
Trefuntec x x x             x x x


Les sites sous soumis au vent météo et/ou aux brises. Lorsque le vent est faible, les brises s'imposent et permettent en journée de voler en bord de mer sur le site de Caméros orienté ouest.

Lorsque le vent météo est fort, les bords de mer sont des sites de replis : Kervigen pour Rosnoën (S), Lestrévet ou Tréfuntec NW ou Lanévry pour le Ménez-Hom (NW).

Comme d'hab, il s'agit de gêner le moins possible et de ne pas se comporter comme si on était partout chez nous. Donc, il faut se garer sur les parkings, quitte à marcher un peu, se poser hors culture.

Les pilotes non licenciés ne sont pas systématiquement jetés s'ils ont une RC, mais faut qu'ils restent polis ... Ca n'est pas toujours le cas et on connait un nul qui nous a insulté plus que de raison et + encore ! Ca va mal finir pour son matricule ...

Ces pilotes se posent-ils la question de savoir comment on a acheté nos sites, les balises, les tondeuses et débrousailleuses ...


Le Ménez-Hom.  02 98 81 57 30

Le Ménez-Hom est le site le plus utilisé et est le site principal de l'école de parapente du CCVL.

Il est peu impressionnant de par son faible dénivelé, mais il permet néanmoins de réaliser de beaux vols.

Dès que le vent de nord ou de nord-ouest est au rendez-vous, les parapentistes et les deltistes rescapés s'y précipitent.

Le site du Ménez-Hom est facile à trouver. Sur une carte du bout du monde, visez la presqu'île de Crozon. La route mène à un parking. Les pentes sont à 100 mètres. Voyez la carte des plages du site ouebe du SI de Plomodiern pour des précisions.

On y a installé une balise météo. On l'appelle au 02 98 81 57 30 ou on l'écoute au 
143 987,5. La fédération des modélistes a participé à l'achat.

Justement, parlons d'eux ! Ils savent que nous ne sommes pas des cibles. A nous également d'avoir un comportement correct. Donc, on évite de passer et de repasser devant leur aire d'envol. Cela leur bouche la vue.

Le confort pour voler, c'est le vent de nord. Soit c'est du vent météo, soit c'est une brise un peu magique qui apparaît en fin de journée.

Quand elle arrive, c'est l'énervement général. Les pilotes essaient d'attraper le dernier beau thermique de la journée.

C'est un peu l'embouteillage, mais ça ne dure pas.

Les élèves préparent leurs voiles et attendent qu'il y ait moins de monde et que ce soit plus calme.

Les séances peuvent durer jusqu'à la nuit ...

Parfois, certains pilotes de passage (que leur style trahit !) prennent parfois assez mal le fait qu'on leur disent de se méfier, de ne pas décoller, d'attendre, de mettre un casque même pour du gonflage (c'est au sol qu'on se fait mal !). Et d'autres qui en prennent à leur aise (confondant ce petit site avec une pente école permanente) jettent parfois leur petit ami (non licencié, non assuré, voir suisse !) qui va se faire secouer (dans quel sens ?) pour son premier vol. On a vu des gags (à déplacer l'hélico) qu'il nous déplait de revoir trop souvent.

Par vent de nord-ouest, on pense au record. En fait, la mer et les TMA, les CTR et ce que vous voulez nous barrent la route.

Il faut de l'ouest pour le record, mais là, c'est vraiment travers. C'est un lundi 16 août que Bruno Deyres est allé se poser vers Ploërmel à 135 kilomètres. Récup en stop un peu longuette. Et maintenant, c'est plus que pas à faire !

En cross, évitez l'aéroport de Quimper-Pluguffan et pour les gourmands la zone de Lorient - Lann Bihoué. Faut même plus y penser !

Et oui, tout est interdit ! Vous lisez bien : le plancher de la TMA est à 2500 pieds soit 800 mètres ou 500 m de gain !!!

La CTR bouche la vue. On peut juste aller à Pouldergat en rase motte.

Voici les routes théoriques. L'avion qui arrive de Paris à 14H10 et repart à 14H45 est un peu gênant. Il arrive du Mont St Michel, passe à Guiscriff à 5 000 pieds, vire Rosporden à 3 000 et descend vers Pluguffan (pente à 5 degrés). Il repart en tournant au sud (pente à 10 degrés). On a quand même vu un avion au dessus de Plomo en ce début avril 2006 ...

Kervigen.


Agrandir le plan

Par vent de sud, alors que seuls les experts s'envoient en l'air au dessus de l'Aulne, les pilotes de biplace, les grands débutants et aussi les autres se laissent bercer au dessus de la falaise de Kervigen.


En fait, du bourg de Plomodiern, il suffit d'aller en direction des plages. Au rond point, prenez en face. Continuez environ 2 kilomètres. Après avoir laissé le hameau de Kervigen, la route descend vers la plage: prenez alors le premier chemin à droite.

A 300 mètres, vous verrez un champ à gauche. Garez vous sur le côté droit pour ne pas gêner les pilotes qui se posent.

Kervigen (sud) a été acheté par la FFVL, c'est donc par les cotisations fédérales des pilotes. L'entretien est payé par le CCVL, donc les cotisations des pilotes. Les pilotes non licenciés FFVL peuvent prendre des photos.

Pour la nuit, ce serait un bel endroit si ce n'était en zone interdite (littoral). Allez plutôt au camping de Kergorz.

On y vole en sud. S'il fait trop beau (!), la brise de mer vient tout gâcher.  Avec un peu d'est, ça bouge, mais ça monte un peu plus qu'en dynamique, et certains sont partis en balade. Travers droit, ça marche encore, mais si la brise rentre, il faut aller à Tréfuntec ou à Caméros.

Attention à la marée, se réserver un bout de plage au cas où.

Au lieu de tondre, ce lundi 29 mai 2006, nous aurions pu aller voler en face, à Tréfuntec. M'enfin ...

Caméros


Agrandir le plan

Cameros est un petit bord de mer très efficace pour un soaring pépère. Cest aussi le site du nouveau millénaire malgré ses 30 m au plus haut point.

Le club a acheté le déco ! Donc, quand on se fait envoyer paître (2006) par un nul (du 56) qui n'est pas licencié, on finit par lui dire que c'est un site privé ...

On y vole en ouest ce qui correspond à la brise de mer. Si le vent tourne au sud ouest et se renforce à l'approche d'une perturbation, le vent semble face, mais il devient difficile de décoller et ceux qui sont en l'air se font secouer. Il est alors possible d'aller jouer côté Pentrez en décollant de la pointe de Kéréon, ou à Tréfuntec, mais si c'est fort, il ne reste que le bistrot !

Avec les horaires des marées (journaux, agenda), vous prévoyez le créneau. Le SHOM est un bel outil. On peut voler à 3,5 mètres de hauteur d'eau (escalier dégagé) ou de 8 heures à 13 heures selon le marégramme de Douarnenez du 21 août 2006, soit presque 3 heures avant et après la marée basse. Celui de Morgat est sur www.celtic-vol-libre.fr ce qui est kif kif !

Choisissez le nombre de jours (1 ?) et la date de départ ...

et vous obtenez un marégramme !

En attendant le retour de nord, ou par vent météo d'W, on y joue. Les débutants voire les grands élèves font du soaring, les biplaceurs exercent leurs talents.

Le déco se fait non loin de Kerninet (route de Telgruc) le long du chemin côtier en surplomb de la plage.

L'atterro se fait au même endroit, ou plus haut, ou plus au sud sur un terrain plat, et avantage par rapport à Tréfuntec, sur la plage mais attention à la marée : se réserver un bout de sable au cas où.

Après le vol, mangez un "Mac Dan" à Pentrez .

Ah oui, un site, ça a un coût ! Il y a l'achat du terrain, et l'entretien. Ce sont souvent les mêmes qui s'y collent.

Lestrévet

On pourrait l'oublier si certains ne l'utilisaient pas. En effet, en brise de mer (W) ou lorsque le vent météo de NW est fort au Ménez-Hom, on peut y jouer à un ou deux.

Du bourg, il suffit d'aller en direction des plages. Au rond point, prenez à droite cette fois. Lorsque vous arrivez au parking, c'est là. Après le vol, mangez une pizza au "Grand Bleu" ou allez faire un tour de char à voile.

Le Belvédère de Rosnoën.


Agrandir le plan

Un temps, c'était le préféré malgré le déco difficile et les atterros problèmatiques. On se posait dans un champ en pente, ou dans les haies. Faut dire qu'avec un delta, c'était pas facile...

En parapente, c'est plus jouable. On glisse parfois sur le gravier en gonflant la voile, mais bon ...

Un panneau sur le parking vous dit tout sur tout. M'enfin, n'y allez pas sans en parler avec un pilote du club qui vous donnera des précisions sur le sujet.

Assez souvent, les thermiques sont généreux et vous propulsent en douceur au delà de ce qui est autorisé !

Record : Zicare s'est posé à Bégard (22) le 12 septembre 1999. Bilan : 81 km.

En cross, ne survolez pas les aéroports de Guipavas et Landivisiau, crabez vers l'est ou posez vous. En fait, c'est impossible puisque les zones nous sont désormais interdites !

Par vent d'est, les sites Monts d'Arrée prennent le relais (de TV ?), mais les locaux ont défriché un déco NW et utilisé un autre "à l'envers" ! Les sites sont dans le centre du Finistère, autour du lac de Brennilis, entre Morlaix et Quimper.

Roch Trévézel - 381,89 m.

Au rond point de Roch Trédudon près de l'émetteur TV, dirigez vous vers Commana / Sizun pour voir le vent. Sous la barre rocheuse, un décollage a été aménagé. Ca y vole, si si ! On y accède par le bas ou le haut.

Tuchenn Kador - 384,91 m


Agrandir le plan

Au bord de la route, 500 m après la Croix Cassée, arrêtez vous au parking près de la borne téléphonique orange. Grimpez vers le sommet en suivant le sentier à travers la pente.

Le déco est sur une ligne médiane de cette carte, dans le tiers de gauche, non loin des rochers. Il est visible de la route.

La Montagne St Michel - 381,96 m


Agrandir le plan

Elle est dite de Brasparts, mais n'est pas sur cette commune. Le déco est près de la chapelle. Le dynamique y est mauvais, les thermiques minables, mais on y a fait de beaux vols. René se souvient de son vol de 60 km vers le pays bigouden et moi de mon arrivée à Lestrévet. 

Chateaulin / Dinéault / Ty Provost / Le Rolsac'h


Agrandir le plan

Le site (Nord-est) a été acheté par le CCVL, donc les cotisations des pilotes. Les pilotes non licenciés FFVL peuvent prendre des photos et faire la récupération. On y vole en NE.

Défriché par Pascal le Baut qui y a volé en delta, il est à la mode depuis le nouveau millénaire. Les premières compétitions s'y sont déroulées en 2001.

A Châteaulin, allez vers la gare et continuez en direction de Dinéault. Au sommet de la montée, prenez à droite jusqu'à un pré qui surplombe l'Aulne. Si vous voyez un camping, z'êtez trop loin, faites demi-tour. Y'a pas d'atterro, sauf au sommet, et de l'autre côté de l'Aulne. Mettez une brassière !

De par l'Aulne et ses "pièges", ce n'est pas un site école.

Les véhicules rouleront au pas en passant dans le corps de ferme.

Et après Kervigen et Caméros, nous sommes passés au Rosal'ch pour commencer le chantier. Il en reste encore à couper. Avis aux amateurs.

La Pointe de Tréfuntec / Beg Ar Véchen W à SW et NW


Agrandir le plan

Le simple fait d'avoir toujours de leau sous les pieds même à marée basse incite à faire attention, et à ne pas laisser les débutants faire n'importe quoi. A marée basse (c'est court), on peut éventuellement se poser en dérivant sur le côté.

Le SW (H = 40 m, L = 600 m) est plus facile (déco, atterro) que le NW (H = 30 m,  L > 1 km) qui est plus ludique.

A Plonévez-Porzay ou Plomodiern (plages ou bourg), prendre en direction de la Chapelle Ste Anne, puis Tréfuntec. De Lanévry, revenir vers Kervel puis Tréfuntec.

Lanévry. W-NW


Agrandir le plan

Ce site de Kerlaz se situe entre la plage de Trezmalaouen et celle du Riz. Il double Lestrévet et Tréfuntec. Il est assez long (de 500 m à 1 250 m). A marée haute, il reste de la place sur la plage si le coefficient de la marée est petit.

Attention au rouleau (fort) de la pointe si vous tenter de passer vers le Ris sans vous avancer assez au préalable. Attention à la marée si vous avancez de trop !

Ce n'est pas un site officiel, on décolle où on peut et surtout de la plage !

Les véhicules rouleront au pas en passant dans le corps de ferme.


Et certains endroits ne nous sont pas autorisés.

Les interdits !

La P112 : cela correspond à toute la presqu'île.

La poudrerie de Pont de Buis à l'ouest de Brasparts, sur l'axe pour venir au Ménez-Hom.

La TMA au nord du Belvédère donc la base de Landivisiau, Brest-Guipavas au nord de Rosnoën.

La CTR de Quimper bla bla et la TMA Iroise ... donc l'aéroport de Quimper-Pluguffan à 25 km au sud du Ménez-Hom, Lorient-Lann-Bihoué que l'on atteint (!) lors d'un cross du Ménez-Hom avec un vent de nord-ouest.

Se planter !

Au Ménez-Hom :

L'école fait école (!) à certains horaires. Mettre en l'air son ami(e) en plein après midi, c'est l'exposer aux turbulences, aux variations du vent (force et direction).

Accrocher son enfant à la sellette et le mettre en l'air au besoin en tirant avec une corde, c'est chercher l'accident.

Jeter son ami(e) ou son enfant en l'air sous un matériel inadapté (âge de la voile, état, surface, caractère), c'est chercher l'accident.

Le Ménez-Hom n'est pas une pente école permanente : acheter une voile après une semaine à la montagne, et venir sans se poser de questions, c'est chercher l'accident.

On a vu des voiles voler en marche arrière ...
On a vu des voiles se fermer, un peu, beaucoup, assurément ...
On a vu des pilotes descendre d'un cran ...
On a vu des pilotes rebondir sur le sol ...
On a vu des pilotes ne plus bouger après avoir rebondi ...
On a vu des pilotes se faire traîner ...
On a vu des pilotes ne pas respecter les priorités ...
On a vu des ailes se toucher, se pousser ...
On a vu des débutants monter alors qu'ils voulaient descendre ...
On a vu un néophyte décoller alors qu'il faisait du gonflage au sommet ...
On a vu des "pilotes" qui n'avaient pas eux-mêmes compris grand chose mettre en l'air, femmes, enfants, copains ...

Je me suis vu (août 2006) ne pas avoir de problème en l'air, et avancer sans souci, mais je me suis posé en marche arrière. Et c'est moins facile en biplace ! Bon, pas de bobo, mais maintenant, je vais prendre ma VHF pour écouter la balise et les copains ...

Je me suis posé (sept 2006) (je me suis fais déposer) dans la pente (et les ajoncs brûlés) et j'ai couru très vite, et j'ai boité aussi après. J'aurais du aller me poser en bas ... Sylvie s'est aussi refait mal à la cheville. Jeu de c.. !

On a vu beaucoup d'imbéciles et de grandes gueules ... Là, on en a beaucoup vu !

La sécurité civile a un nouvel hélico. Pour le voir, il faut rester lucide. Quelques uns n'ont pas profité de la balade.

Au Rosalc'h :

Bien faire attention au vent météo (balise) car certains se sont fait déjà piéger. Le vent fort ou travers n'est pas vraiment perçu au décollage, mais les rouleaux sont très présents.

Le sommet est turbulent. S'y poser impose une grande vigilance, et une bonne technique.

Tarder à rejoindre un atterro au delà de la rivière, c'est chercher à s'y poser (noyer).

On a vu Didou et Grand Claude reculés à peine envolés ...
On a vu Jean-Charles, Ludovic et Pascal se poser durement dans les rouleaux ...
On a vu Guénolé se poser entre des arbres ...
On a vu Eric se poser dans un arbre arbre, en en tomber ...
On a vu Stéven se faire secouer alors qu'il revenait bas vers le site ...
On a su que des pilotes étaient montés très fort ...

A Rosnoën :

Le sommet est turbulent. S'y poser impose une grande vigilance, et une bonne technique.

On a vu des décos ratés (et on a ri).
On a vu des atterros ratés (et on a ri).
On a vu Mino se faire un poignet, des cervicales, à fricoter trop bas avec un thermique et se poser dans les rouleaux, et on a ri, mais après ...

Tarder à rejoindre un atterro, c'est se poser au bord de l'Aulne.

J'ai vu Miguel dans la vase ... mais c'était il y a longtemps.

A Caméros :

Une falaise, c'est vertical. S'y poser est réservé aux pigeons qui y nichent, pas à ceux qui se font fourguer une aile après une semaine à la montagne, et qui un jour s'écraseront dans les rochers ou sur le sable, pour avoir volé alors que l'école n'y met pas souvent les plus expérimentés de ses élèves. New : une remontée en hélico, ce n'est pas banal !

Les pigeons ne nagent pas. Les goélands se réservent un peu de sable pour se poser au sec. Le vent (brise de mer) peut faiblir rapidement.

On a vu un pilote inexpérimenté se prendre les arbres.
On a vu un pilote inexpérimenté rater la falaise et se prendre les fils barbelés.
On n'a pas vu encore un pilote à l'eau, mais ailleurs, ça s'est fait.
On a vu une voile tomber plus bas que le pilote ...

Entre Kervigen et Lestrévet :

Quoi, me direz vous, ça vole. Ben oui, quand il n'y avait pas Caméros, c'était jouable. M'enfin .... Or donc, parfois, j'y allais faire le clown. D'autres m'ont imité.

Et on a su qu'un pilote inexpérimenté, conduit par un de ses copains, avait échappé à la noyade grâce à des pêcheurs en bateau.... Blups.

A Tréfuntec :

On a vu deux pilotes inexpérimentées à l'eau ... mais c'était il y a longtemps.
On a volé en marche arrière, et Jean-Yves s'est posé dans le maïs ...